Atelier « Si on parlait de la mort à la Préhistoire… »

Par Philippe Chambon, archéologue spécialiste des pratiques funéraires au Néolithique (Ve-IIIe millénaires) en Bourgogne, Picardie et Catalogne.

Si l’on peut retrouver des restes humains lors de fouilles archéologiques, c’est que le corps humain n’est pas seulement fait de matière organique qui se décompose. Il comprend également de la matière minérale : les os et les dents en sont majoritairement composés et ne subissent donc pas l’effet de décomposition.

Pour dégager le squelette, l’archéologue utilise des outils très fins, en prenant surtout garde à laisser les ossements bien en place. Une fois mis au jour, les squelettes sont pris en photo pour garder en mémoire la façon dont les vestiges étaient organisés, par exemple la position des ossements les uns par rapport aux autres. On fait aussi un plan, on dit un relevé, c’est-à-dire un dessin technique qui permet de représenter les vestiges de manière codifiée. Il est réalisé sur du papier millimétré et comporte impérativement l’indication du Nord et l’échelle. C’est un travail de grande précision.

Les squelettes sont parfois retrouvés en mauvais état : c’est souvent le fait des animaux qui peuvent déplacer les os. Dans une sépulture, l’archéologue trouve aussi des objets qui accompagnent le squelette, tels que de la vaisselle, des ossements d’animaux ou des outils en pierre (notamment en silex). Il a alors pour mission de restituer, à partir des ossements et des objets découverts, le mort tel qu’il était à l’origine et l’aménagement de la tombe.

Les interprétations des faits archéologiques doivent toujours être prudentes. Ainsi, un crâne humain retrouvé isolé pourrait aussi bien, sans autre information, témoigner d’une cérémonie complexe autour de la mort que de pratiques anthropophages, ce qui n’est évidemment pas la même chose.
Les sépultures des époques préhistoriques sont variées. Elles changent en fonction des époques et des zones géographiques. Durant un moment du Néolithique, on retrouve par exemple de grands caveaux collectifs où l’on venait déposer les morts au fur et à mesure de leurs décès. Les fameux dolmens, dont l’architecture comprend de très lourdes pierres (des « mégalithes »),  comptent parmi ces grands caveaux collectifs.

Mais, finalement, pourquoi retrouve-t-on des squelettes ? Pour répondre à cette question, il faut s’interroger sur ce qu’implique le décès d’un individu.

  • Cette personne faisait partie d’un groupe, d’une société : il laisse un vide.
  • Il faut faire quelque chose du cadavre, parce qu’il se décompose, occasionnant une gêne.

Sans même envisager les croyances sur la mort, différentes d’une population à une autre, les funérailles vont donc d’un côté permettre d’éliminer le cadavre et d’un autre côté proposer une solution à la place vide que laisse le défunt dans le groupe.

Atelier présenté aux 6e et CM2 le 20 novembre 2012


Carine Constans

Responsable de communication de la MAE

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. cm2b yanis dit :

    merci beaucoup !!!

  2. cm2b yanis dit :

    c’est tes trop bien je me suis bien amusé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *