PROJET 2015 « J’expose ma science »

J’expose ma science est un projet porté par la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès (MAE) qui a pour principal objectif de diffuser à des élèves de 5e du collège André Malraux d’Asnières-sur-Seine, les connaissances acquises par les chercheurs des laboratoires d’Ethnologie et d’Archéologie de la Maison des Sciences de l’Homme de Nanterre (MAE René Ginouvès). Cette transmission des connaissances se fera sous la forme de rencontres interactives entre ces chercheurs et les élèves. Elles seront aussi l’occasion pour ces derniers, et c’est là un objectif important, de découvrir des disciplines scientifiques peu abordées à l’école, de s’intéresser aux thématiques de recherches et aux nouvelles découvertes en archéologie, et de mieux comprendre les méthodes d’analyse utilisées.

Ce projet a aussi pour ambition de donner aux élèves, l’opportunité de travailler ensemble sur un projet, celui du montage d’une exposition autour des différents ateliers auxquels ils auront participés. La préparation de cette exposition se fera avec l’aide des professeurs et de l’association ArkéoMédia, partenaire du projet.

« J’expose ma science » se place dans la continuité des projets Préhistoscène 1 & 2, conduits en 2012-2013 et en 2013-2014. Nous proposons de mettre en place ce projet dans une classe de 5ème.  Le fil conducteur proposé pour ce projet est « la diversité culturelle » au cours de la Préhistoire avec un focus sur le Paléolithique supérieur (35 000-10 000 av. J.-C.). Montrer cette diversité culturelle passée pour mieux comprendre et appréhender la diversité culturelle d’aujourd’hui, et faire ressortir ce qui différencie une culture d’une autre et aussi ce qu’elles partagent – c’est-à-dire ce qui fait l’universalité d’un groupe humain : la danse, l’expression corporelle, la musique, le chant, etc. -, ce sont là les vrais enjeux de ce projet.

Le projet comportera 10 séances d’une durée de 3h et débutera le 29 septembre 2015 pour se terminer le 19 décembre 2015. Au cours de ces ateliers, nous aborderons la diversité des modes de vie des populations au cours du Paléolithique supérieur via l’approche technologique des outils en silex et en os : montrer la variété des formes d’outils et des chaînes opératoires de fabrication et mesurer leurs diffusions dans le temps et l’espace.
L’habitat au Paléolithique supérieur sera également traité dans sa diversité de nature et d’organisation spatiale : identification des aires d’activités, des foyers, des zones de rejets, etc. Trois ateliers traiteront ensuite de la diversité culturelle observée dans l’expression symbolique des populations du passé et du présent. L’art et la parure du Paléolithique supérieur seront abordés grâce aux œuvres et vestiges découverts, tandis que la danse, la peinture corporelle et le chant seront appréhendés à partir des pratiques observées chez les chasseurs-cueilleurs actuels. Avec ce dernier atelier, nous ouvrirons donc une fenêtre sur la recherche en ethnologie pour travailler autour des expressions symboliques partagées par les populations de chasseurs-cueilleurs actuels ou sub-actuels, expressions impossibles à reconstituer pour les populations du Paléolithique supérieur du fait qu’elles n’ont pas laissé de traces. Cet atelier sera l’occasion pour nous de stimuler l’imaginaire des élèves et de discuter avec eux de l’universalité de l’Art dans les sociétés humaines passées et actuelles au-delà des différences culturelles. Lors de la dernière séance, une ethnologue viendra partager avec les enfants son expérience de terrain auprès d’une population au mode de vie très différent du nôtre. Cet atelier nous permettra de discuter et d’échanger avec les élèves sur les connaissances qu’ils possèdent sur la diversité culturelle dans le monde et sur la manière dont ils se la représentent.

Au cours de ces ateliers, une place importante sera donnée à la manipulation et à la fabrication d’objets et de documents. Les élèves pourront ainsi pratiquer des activités manuelles et cognitives leur permettant de se questionner, de rechercher, de débattre, d’argumenter, de critiquer et de suivre une démarche rigoureuse, cohérente, reproductible et structurée tout en s’amusant et en s’investissant dans leur propre processus d’apprentissage.

Une visite du Musée de Préhistoire d’Île-de-France à Nemours sera également programmée. Elle permettra aux élèves de découvrir l’exposition « Néandertal, l’européen» et d’élargir le débat sur la diversité et l’unité culturelle de l’espèce humaine. Elle sera aussi l’occasion pour les enfants de découvrir de véritables vestiges archéologiques et d’être sensibilisés à une structure et à des métiers liés à la conservation et à la valorisation des traces de notre passé.

Ce projet se clôturera sur une soirée de restitution au cours de laquelle les familles, parents d’élèves, professeurs, et chercheurs seront invités. Les élèves présenteront une exposition (dessin, photos, quizz…) qu’ils auront eux-mêmes réalisée avec l’équipe pédagogique qui aura suivi le projet. Cette exposition qui restituera les connaissances acquises au cours des ateliers, pourra ensuite être présentée aux autres classes du collège. Le titre choisi pour ce projet, « J’expose ma science », évoque ce travail et cette implication demandée aux élèves.

 

Chef de projet : Frédéric Hurlet, Maison Archéologie & Ethnologie

Coordination scientifique : Alexandra LEGRAND-PINEAU, Maison Archéologie & Ethnologie

Coordination administrative : Laurence QUINTY-BOURGEOIS, Maison Archéologie & Ethnologie

 Réalisatrice audiovisuel & multimédia : Vanessa TUBIANA-BRUNMaison Archéologie & Ethnologie