L’Habitat des hommes préhistoriques

Le 7 janvier 2014, on devait reconstituer l’habitat des hommes préhistoriques, sur un plan. On devait y placer :

  • L’endroit de la chasse
  • La rivière ou ils pêchent
  • Leur foyer où il y avait le feu
  • L’atelier du tannage de la peau des animaux.

photo-1

Avant que l’on place ces étiquettes, on pouvait voir le reste des pierres, des os, etc. des hommes de la préhistoire. A proximité de l’habitat, il y a une rivière avec des poissons. Et à côté de la rivière, on a pu voir un outil en bois de cervidé, ce qui prouve qu’ils chassaient à côté de la rivière. Les pierres servaient à caler l’habitat (tentes…) pour qu’il ne s’écroule pas, des pierres brûlées et du charbon pour cuisiner, des silex pour tanner les peaux des animaux. Ils découpaient la viande avec des outils. Cet atelier nous a plu.

FellaetFatima

Comment construire une maison préhistorique ?

photo-2

On a fait un carroyage pour faire notre travail plus facilement : la reconstruction. Ensuite, on a mis des fils pour pouvoir placer plus facilement l’habitat préhistorique. Et après on peut placer les différents éléments qui ont été découverts sur ce site archéologique qui représente un habitat préhistorique où on a pu voir des objets comme le silex.

IVAN et ABDELLAH

Le Carroyage

photo-3

Le 7 janvier 2014, dans l’atelier préhistoscène avec les chercheurs, il y avait un bac de sable, et plusieurs objets.

Nous devions reproduire comme sur le plan de répartition.

Il fallait installer un carroyage pour reproduire un habitat préhistorique.

Il y avait une boite avec des punaises, du charbon, des élastiques, des pierres, une rivière, du silex et du cuir.

Célia et Junior

 

Le territoire des hommes préhistoriques

photo-4

On observe un foyer au centre de l’habitation. En haut à gauche, un silex, et en bas à droite un bois de renne. On observe une rivière où les hommes pèchent avec des harpons. C’est grâce au plan de répartition que nous avons reconstruit cette fouille archéologique. On a d’abord placé un carroyage qui nous a servi pour placer les objets sur la zone de reconstitution.

Anas et Matis

Reconstitution d’un site archéologique

photo-5Sous le carroyage, il y a du sable. Ensuite on a mis du charbon, des foyers pour faire du feu, la rivière, des os qui sont peut-être là car un animal a pu être tué à cet endroit.

On a construit une tente à l’endroit où il y avait des pierres autour du foyer.

On a posé des outils pour tuer les bêtes et tailler les peaux de bêtes.

Thazarathan

Reconnaître des habitats de la préhistoire et de l’histoire

Lors de l’atelier, on devait reconnaître si les habitats venaient de la préhistoires ou de l’histoire.

photo-6

Cette image représente deux tentes anciennes qui ont pu exister à la préhistoire. La première est en forme de coupole et la deuxième est un tipi. Ces habitats correspondent à un mode de vie nomade.

photo-6-bis

Plus tard les habitats changent de forme et ressemblent aux maisons d’aujourd’hui, c’est un mode de vie sédentaire.

Rachid et Aziz

LES RITES QUOTIDIEN DES HOMMES DE LA PREHISTOIRE

photo-7

  1. La première désigne un homme qui taille un bloc de silex pour fabriquer des outils.

  2. En rentrant de la chasse, les hommes grâce aux outils de silex vont essayer de séparer la peau de l’animal à la viande.

  3. Encore une fois grâce aux outils (faits de bois ou de silex), l’homme va se servir d’un propulseur et d’une sagaie pour pouvoir atteindre sa cible plus précisément et plus rapidement.

  4. Une fois la peau séparée de la viande, les femmes / les hommes raclent la peau de la bête pour en faire des vêtements.

  5. Les hommes ont plusieurs rituels : la pêche, la cueillette, la chasse. Pour pêcher, les hommes harponnent leurs poissons pour varier leur alimentation entre la viande et le poisson.

RANIA et TASNIME

LES HABITATS DES HOMMES PREHISTORIQUES

photo-8

Les hommes avaient deux habitats différents : les coupoles (une tente arrondie avec le foyer au centre, recouverte de peau de bête) et les tipis (une tente ressemblant à celles des Indiens d’Amérique). Nous avons fait une reconstitution de ces deux habitats préhistoriques. Nous avions des schémas sur une feuille avec le foyer, les objets en silex, la rivière, quelques armes et les pierres qui entourent le foyer. Nous avons reproduit le schéma sur la reconstitution du chantier de fouille. Ensuite, nous avons pris des branches et en fonction de leur forme, nous avons reproduit le tipi ou la coupole. J’ai beaucoup aimé cet atelier.

Zayneb

photo-9

Atelier Saynète et le métier d’archéologue

L’atelier saynète (7 janv. 14)

Lors de l’atelier saynètes, nous avons dit que les hommes préhistoriques étaient nomades. Les hommes n’avaient pas d’habitat fixe. Les hommes préhistoriques chassaient pour manger et se réchauffer avec des pots de peaux de bêtes. Nous avons discuté de ça pour écrire des petites scènes de théâtre sur ce sujet.

AFFIF

 ******************************************************************************************************************

Saynète : petite pièce de théâtre

La saynète sert à inventer une pièce de théâtre grâce aux informations donner à l’atelier Préhistoscène.

Notre thème était l’habitat : nous avons fait la différence entre l’habitat et la vie d’avant et celle d’aujourd’hui. Nous avons dit que l’homme était nomade, maintenant qu’il est sédentaire, nous avons appris ce qu’est un sédentaire et un nomade (nomade : ne pas avoir d’habitat fixe, sédentaire : avoir un habitat fixe).

Aida et Mélanie

****************************************************************************************************************************************************************

 

photo-2L’atelier saynètes c’est une pièce de théâtre qui explique ce qu’il y avait à la préhistoire. Maintenant comme à la préhistoire il a y des tentes et les grottes et des cavernes.

De nos jours nous remarquons que l’on bénéficie d’un certain confort : des toilettes et la télé.

Bahba et Siré

********************************************************************************************************************

Le mode de vie avant : les hommes préhistoriques vivaient en groupe. Ils chassaient des animaux comme le renne, le cheval, le bison. Ils pêchaient avec des harpons. Ils construisaient leur habitat avec des peaux d’ animaux et des branches. Grâce aux tendons des animaux ils accrochent leurs armes.

Mode de vie après : Les hommes d’ aujourd’hui sont sédentaires. Ils sont agriculteurs et éleveurs : ils dressent des animaux. Ils dorment dans des maisons avec des toits en toile et pêchent avec des cannes à pêche.

Toufik / Axel

 ****************************************************************************************************************************************************************

****************************************************************************************************************************************************************

Le métier d’archéologue (10 déc. 13)

 

photo-3

Le 10 décembre on a travaillé sur le métier d’archéologue.

On a regardé un film sur le métier de chercheur.

Les chercheurs nous ont fait découvrir leur métier.

On nous a demandé les métiers d’archéologie que nous connaissons.

Nous avions vu des images sur leur méthode de recherches.

Ils nous ont demandé de trouver des métiers avec ARCHEO et LOGUE.

AMEL et MALAK

  ****************************************************************************************************************************************************************

L’archéologue fouille des ossements dans la terre. Il essaie de connaître la date des ossements et de les retrouver dans un habitat. Il cherche alors où peuvent se situer ces ossements dans la frise chronologique :

  • Le PALEOLITIQUE
  • Le NEOLITIQUE
  • Le MESOLITIQUE
  • L’AGE DES METEAUX
  • L’ANTIQUITE
  • Le MOYEN AGE
  • Les TEMPS CONTEMPORAINS
  • Les TEMPS MODERNES

OCEANE et MANUELLA

 ****************************************************************************************************************************************************************

 

photo-4

Le métier d’un archéologue consiste à chercher, à faire des fouilles. Ils cherchent et retrouvent des os, des crânes… Les archéologues les examinent puis les transportent dans un laboratoire. Ils les étudient, les nettoient et les exposent dans un musée. Les archéologues étudient la préhistoire et l’évolution de l’homme préhistorique. Ils cherchent aussi à expliquer comment ils habitaient.

CORALIE ET SARAH

 ****************************************************************************************************************************************************************

 

photo-5

Nous avons classé les périodes d’âge de pierre du plus ancien au plus récent.

Puis nous avons regardé un film sur des archéologues pour voir leur technique : ils recherchent des ossement d’animaux pour essayer de connaître leur vie et leur culture.

ISMAEL & YOUSSEF

 ****************************************************************************************************************************************************************

 

Le début du projet pour les élèves d’Asnières-sur-Seine (92)…

 Le projet ”Préhistoscène” : le début

1-projet-prehistoscene-le-debut

Le mardi 26 novembre, les CM2 A et les 6es 6 sont venus au collège Malraux.

Nous étions la moitié à la cantine, pour parler du projet ”Préhistoscène” avec quelques archéologues : des chercheurs de l’université de Nanterre. Lors de cet atelier nous avons fait une frise chronologie pour pouvoir mieux comprendre la préhistoire. 

Maïmouna et Esther

 Préhistoscène : organisation et mélange de 2 classes : CM2A et 6e 6

2-organisation-de-la-demi-journee-et-melange-des-2-classes

Chaque mardi tous les 15 jours les CM2 A de l’école Descartes A et les 6e 6 du collège André Malraux, nous nous retrouvons dans le réfectoire et nous nous mélangeons. Le groupe A monte dans l’atelier pédagogique et le groupe B reste dans le réfectoire avec les chercheurs et après c’est l’inverse. Sur cette photo, nous étions dans le réfectoire avec les chercheurs pour faire une frise chronologique.

Anas et Ryad

 Construction d’une frise chronologique

3-construction-d-une-frise-chronologique

Voilà Isabelle qui nous montre une grande période : LA PREHISTOIRE : la première période que nous connaissons. On devait créer une frise chronologique à partir des périodes, des images, des années, des étiquettes. Pour créer la frise chronologique nous avons d’abord placé les périodes de la plus ancienne à la plus récente, puis les années, puisles étiquettes, et enfin les images.

Salimata et Gaelle

La frise Chronologique : la Préhistoire

4-la-frise-de-la-prehistoire

La préhistoire dure BEAUCOUP plus de temps que l’histoire.

Cette photo représente une frise chronologie que nous avons construite.

La préhistoire est formée de cinq parties : le Paléolithique ancien, le Paléolithique moyen, le Paléolithique récent, le Mésolithique et le Néolithique.

Adam et Ruben

 La frise chronologique : L’HISTOIRE

5-la-frise-de-l-histoire

Sur cette photo nous voyons une frise chronologique. Qui nous montre la vie préhistorique des hommes homo Sapiens jusqu’à l’ Époque Contemporaine. Dans la période de l’histoire, il y a l’âge des métaux, l’Antiquité, le Moyen Age, les temps modernes et l’époque contemporaine.

Ange et Cédric

Dans l’atelier pédagogique : l’atelier d’art

6-dans-atelier-peda-atelier-art-

Dans les ateliers d’art on a travaillé sur thème de l’art à partir de photos : un bison, un cheval, un auroch. On a parlé du charbon de bois qui servait à faire des traits pour faire des dessins.

Shako

 L’ art pariétal

7-art-parietal

Dans cet atelier on a travaillé l’art pariétal. C’est à dire les œuvres produites par les hommes préhistoriques. Ils réalisent des gravures, des sculptures… Ils peignent des bisons en rouge et en noir . Et aussi des lions. Il existe une statue au corps d’homme et à la tête de lion. Ils dessinent des animaux et aussi des mains.

Sofia et Samy.B

L’équipe de l’atelier blog

atelier-blog

Sortie du 12 novembre 2013 au musée de Nemours

Pour l’année 2013-2014, c’est au collège André Malraux d’Asnières que Préhistoscène s’installe pour accueillir une classe de 6e et de CM2 et découvrir la vie à la Préhistoire. Cette année, les élèves s’emparent du blog et proposent de suivre leurs aventures au fil des billets qu’ils rédigent après chaque séance, bien entendu illustrés de nombreuses photos.

Pour le lancement du projet, Préhistoscène a convié les enfants au musée de la Préhistoire à Nemours. Outre les collections permanentes, ils ont pu admirer l’exposition sur le mammouth. Une découverte in situ

 

Le déroulement de la sortie au musée de NEMOURS

deroulement-sortie-1

 Le mardi 12 novembre plus précisément, à 7h30 le matin, nous devions prendre le car pendant 2h30. Une fois arrivés au musée de NEMOURS nous nous sommes séparés en deux groupes. Ensuite, nous avons fait la connaissance des archéologues et du guide (le monsieur qui fait visiter le musée.)

deroulement-sortie-2

Nous avons donc visité le musée.  Nous sommes entrés dans plusieurs salles et nous avons observé un foyer de fouille.  Et puis, en fonction du thème le guide et les archéologues nous ont expliqués des choses. Nous avons mangé au collège du coin, dans une des salles.

RANIA et CELIA

PREHISTOSCENE : évolution de l’homme

evolution-de-l'homme-1

 Nous avons vu des intervenants qui nous ont montrés des crânes d’hommes préhistoriques. Le premier qu’on a vu était un crâne d’Australopithèque. Le deuxième était celui d’un homo Habilis, le troisième, celui d’un homo Erectus et le dernier, d’un homme de Néandertal.

evolution-de-l'homme-2

On a pu remarquer que l’Australopithèque était plus poilu et plus petit que l’homme moderne (aussi appelé homo sapiens sapiens). L’homo sapiens sapiens est aussi un homme préhistorique du Néolithique.

 Zayneb et Fatima

Les fouilles archéologiques

fouilles-1ere-vignette

Le mardi 12 novembre nous sommes partis à Nemours. On a vu le site des archéologues où ils font des fouilles avec des objets : une pelle, une truelle… Et ils mettaient des planches et ils s’ asseyaient sur les planches pour ne pas laisser de trace.

Anas 

Le corps de mammouth

mammouth-1

On a vu une défense de mammouth à Nemours au musée de la Préhistoire mais c’est une copie et aussi on a vu un squelette en entier de mammouth et aussi c’était un faux. Nous avons vu un squelette de mammouth reconstitué.

mammouth-2

Il mange de l’herbe et il est herbivore.  On a fait des jeux pour apprendre la différence entre l’éléphant d’Asie et d’Afrique et le mammouth. 

 Ivan et Abdellah 

Les objets retrouvés

objets-retrouve-1

Les archéologues ont trouvé des pierres taillées et dessus, il y avait un cheval sur un côté, et sur l’autre côté, il y avait un cheval et un bison.

objets-retrouvés-3

Les archéologues ont trouvé un vieux bateau en bois. C’est exceptionnel car le bois ne se conserve pas aussi longtemps d’habitude.

objets-retrouves-2

Les archéologues ont trouvé un squelette de cerf.

Thazarathan et Matis 

Les fouilles archéologiques

fouille-2eme-vignette

 Dans le musée, on a vu une copie d’un chantier de fouille archéologique. On est partis au cinéma regarder un film de 15 min. Dans le film, on a vu des vestiges d’homo sapiens. Dans des fouilles archéologiques, il y a des fragments d’os et plein d’autres choses.

 Rachid et Aziz

Le Feu

feu-1

Lors de la sortie au musée de Nemours, on nous a parlé du feu. Les intervenants ont fait du feu, ils nous ont expliqué que celui-ci permettait de faire fuir les animaux, de se réchauffer, il permettait aussi de manger de la viande cuite et aussi de discuter autour du feu.

feu-2

Autour du feu, les hommes de la préhistoire mettaient des pierres pour éviter que le feu soit trop envahissant et aussi, pour l’éteindre, en prenant une pierre et en la mettant sur le feu, il s’éteint.

feu-3

Pour allumer le feu, il fallait à l’époque : deux pierres, pour faire une braise, et aussi une matière sèche, pour que l’étincelle s’allume sur celle-ci. Le feu fut une grande découverte et changea le quotidien des hommes d’avant.

PB120176

Le feu me rappelle aussi qu’ on a essayé de lancer une sagaie avec un propulseur sur une grande feuille avec un cerf, c’était très très difficile, mais nous avons tous essayé. Pendant longtemps, les hommes ont cru qu’il fallait juste frotter deux silex pour obtenir du feu. C’était faux.

 Fella

 

Préhistoscène 2012-2013

Les billets regroupés ci-dessous sont le fruit des ateliers suivis par les élèves de 6e3 et de CM2B des collège Paul Eluard et école Gorki de Nanterre au cours de l’année scolaire 2012-2013.

Pour cette 1re édition, Préhistoscène s’était associé aux dessinateurs de l’association Stimuli et aux comédiens de la compagnie Les Sens des mots pour créer avec les élèves une oeuvre artistique autour de la Préhistoire.

“Les aventures de Préhistos”

Au cours de l’année 2012-2013, les élèves de 6e3 du collège Paul Eluard et de CM2B de l’école Gorki, à Nanterre, ont de novembre à juin, suivi un atelier hebdomadaire sur la Préhistoire. En parallèle, ils ont travaillé sur un projet artistique, avec un dessinateur de l’association Stimuli pour les CM2 et avec les comédiens de la compagnie Les Sens des mots pour les 6e, sur des posters illustrés pour les uns et une série filmée pour les autres.

La série comporte 3 épisodes et met en scène un personnage « Préhistos » qui s’étonne des modes de vie des ados actuels et décide de les ramener dans son temps.

Cette vidéo propose en préambule un « micro-trottoir » des élèves, sur leur vision de la Préhistoire : les interviews ont eu lieu au Palais de la Découverte, lors de la visite de l’exposition sur la Préhistoire, qui a alors été la toute première séance de cette passionnante année.

Réalisé par la Compagnie LES SENS DES MOTS

Préhistos from Maison Archéologie & Ethnologie on Vimeo.

Soirée de présentation des travaux le 4 juin au collège Paul Eluard

Le 4 juin dernier, les élèves de la classe de CM2B de l’école Gorki (Nanterre) et de la classe de 6e3 du collège Paul Eluard ont présenté à leurs parents, professeurs, au rectorat ainsi qu’à nos partenaires les créations artistiques qu’ils ont produites dans le cadre de Préhistoscène. Retrouvez quelques photos de la soirée en attendant les vidéos de la série filmée et mise en scène par  la compagnie Les Sens des mots.

Vidéos des ateliers

 

TEASER
Vidéo de présentation des ateliers Préhistoscène


ART PARIÉTAL : LES RELEVÉS
Atelier animé par Isabelle de Miranda

Isabelle de Miranda est spécialiste de la médiation en archéologie au sein du laboratoire ArScAn et directrice de l’association ArkéoMédia
ArkeomediaARSCAN


LA PARURE
Atelier animé par Isabelle de Miranda

Isabelle de Miranda est spécialiste de la médiation en archéologie au sein du laboratoire ArScAn et directrice de l’association ArkéoMédia

ArkeomediaARSCAN


L’ÉCRITURE CUNÉIFORME : À L’ÉCOLE DES SCRIBES
Atelier animé par Cécile Michel

Cécile Michel est directrice de recherche CNRS au laboratoire ArScAn (Histoire et ARchéologie de l’Orient Cunéiforme – HAROC)
ARSCAN


LE SILEX : COMMENT SE TAILLE-T-IL ?
Atelier animé par Pierre Bodu et Laurent Klaric

Pierre Bodu est chargé de recherche CNRS au laboratoire ArScAn et responsable de l’équipe d’Ethnologie préhistorique.
Laurent Klaric est chargé de recherche CNRS au laboratoire Préhistoire & Technologie.
ARSCANEthnologie préhistoriquePREHISTOIREetTECHNO_logo

Journée de tournage Préhistoscène

Le 21 mai a eu lieu le tournage de 3 petits films avec la classe de 6e !

Nous ne vous dévoilerons pas ici le scénario mais juste vous dire que nous nous sommes tous bien amusés !! et que le résultat risque d’être très rigolo !

Justement pour voir le résultat… et découvrir également le projet réalisé par la classe de CM2, n’oubliez pas de venir avec vos parents le 4 juin à 18h au collège Paul Eluard pour une jolie fête qui clôturera le projet Préhistoscène pour l’année 2012-2013.

Alors à très bientôt …

Toute l’équipe de Préhistoscène

  IMG_0582Web IMG_0516webIMG_0531webIMG_0529webIMG_0610Web

Formes et fonctions des céramiques

2

La 10céramique, l’une des principales inventions du Néolithique, est le thème des deux ateliers proposés par Xavier et Armance, archéologues et céramologues. La céramique fait référence à tous les objets fabriqués en terre cuite : des pots et des vases aux formes variées utilisés pour transporter ou conserver la nourriture, les liquides, etc., des figurines et aussi des urnes dans lesquelles les archéologues ont parfois retrouvé des ossements, signe qu’elles étaient utilisées pendant les rituels funéraires pour y accueillir les restes (ou les cendres) du mort. Armance nous explique que ces formes et que les décors parfois présents sur les pots, ont évolué dans le temps et qu’ils peuvent être aussi propres à une culture de la Préhistoire. Ainsi, les archéologues peuvent associer une poterie retrouvée sur un site archéologique à un groupe humain, à une communauté et montrer comment ces formes et ces décors se sont diffusés de groupes en groupes au cours du temps.

Très vite, les élèves ont envie d’essayer de faire un pot et de mettre leurs mains dans cette terre rouge, nous passons donc à la pratique ! Sous les conseils de Xavier et Armance, les enfants commencent par faire une petite boule, point de départ du futur pot, puis l’écrasent av3ec la paume de la main pour faire une galette. Certains ont déjà fait de la poterie et sont plus à l’aise, ils trouvent rapidement les bons gestes à avoir mais chacun prend son temps… Si la base du pot n’est pas bien faite, le reste ne tiendra pas. L’étape suivante est la fabrication des colombins, très rigolo à faire ces petits boudins ! On les enroule autour de la galette et c’est parti pour 4 ou 5 colombins, tout dépend de la hauteur que l’on souhaite donner à son pot. Les premiers pots commencent à prendre forme et il est temps de passer à l’étape du lissage pour faire disparaître les jonctions entre les colombins et harmoniser la forme du pot. Certains sont satisfaits, d’autres moins et veulent tout recommencer ! Perfectionnistes ces enfants…

911

Dernière étape pour ceux qui le veulent : les décors. Armance a apporté dans sa trousse de potière, différents instruments et parmi eux des coquillages… mais pour quoi faire ? Très vite on comprend que ces coquillages et notamment leurs reliefs vont permettre de faire des empreintes dans la terre et faire de jolis dessins… Chacun repartira avec son petit pot.
Les enfants, surtout ne les oubliez pas le jour du tournage, ces pots tout comme les autres objets déjà fabriqués pourront vous servir pour élaborer vos scénettes et les décors.

85126

Atelier “Peaux, dents et os… pour quoi faire ?”

Dans le cadre de cet atelier sur l’exploitation des matières osseuses pour la fabrication des outils et objets, nous nous intéressons au Néolithique.

Tout d’abord, un petit rappel, qu’est-ce-que le Néolithique ? Quelles sont les nouveautés économiques et sociales qui caractérisent cette période de la Préhistoire. Les enfants ne réfléchissent pas longtemps avant de citer tour à tour les grandes inventions du Néolithique : la domestication des animaux et des plantes, la sédentarisation des populations, l’apparition de la poterie et de la pierre polie. Ces bases posées, nous pouvons développer un aspect de la culture matérielle des hommes du Néolithique : les objets en matières osseuses.

Grâce aux ateliers d’Olivier Bignon et de Nejma Goutas, les enfants ont déjà les notions de bases : l’animal est chassé ou tué pour sa viande mais il est également une ressource importante pour la fabrication des vêtements et des couvertures (peaux, poils) et pour celle des outils, des armes et de la parure. Ainsi nous passons en revue toutes les étapes opératoires de la fabrication de l’outillage en matière osseuse depuis l’acquisition de la matière première jusqu’à l’utilisation des objets. Quels objets ? Des aiguilles à chas, des crochets, des pointes, des manches, des perles, des anneaux, etc… Très vite, les enfants posent des questions d’ordre technique : mais comment faisaient-ils pour découper l’os ? Comment fait-on le trou de l’aiguille ? Pourquoi certains objets sont-ils décorés ? etc.

Passant à la pratique par petits groupes, les enfants s’essayent à différentes techniques : l’abrasion pour façonner une plaquette en os, le sciage à la corde pour faire des anneaux, l’incision pour faire des décors sur la surface de l’os. Trente minutes de bricolage pour au final entendre, au moment de se séparer : « oh non déjà ! » Heureusement nous avions prévu 2 séances pratiques, les enfants pourront ainsi continuer leur réalisation la semaine suivante.

Nous avons apprécié l’implication et la réceptivité des enfants ainsi que le plaisir qu’ils ont éprouvé lors de l’atelier proposé. Merci ! Isabelle, Angela, Claire, Giacoma et Alexandra

 

Atelier “Les chasseurs-collecteurs de la Préhistoire : l’exemple des sociétés gravettiennes”

Par Nejma Goutas, archéologue qui travaille sur l’analyse des composantes techniques et économiques des productions en matières dures animales du Paléolithique supérieur ancien (Aurignacien et Gravettien) et l’analyse des mécanismes invention/stabilisation/diffusion/disparition des techniques dans l’Europe gravettienne.

Cet atelier est l’occasion d’une discussion autour du mode de vie des chasseurs-collecteurs de la première moitié du Paléolithique supérieur, à travers l’exemple des sociétés du Gravettien qui peuplèrent toute l’Europe, il y a de cela 30 000 ans : de l’Atlantique à l’Oural et de la Méditerranée, à la mer du Nord et à la mer Baltique. Ces sociétés sont généralement connues au travers de leurs célèbres figurines féminines aux formes généreuses (les « vénus »).

Ces hommes, des Homo sapiens sapiens tout comme nous, ont vécu au temps de la dernière phase de glaciation qu’a connue notre planète terre, au cours d’une période géologique que l’on appelle le Pléniglaciaire supérieur. Cette époque glaciaire est depuis longtemps derrière nous puisqu’elle s’est achevée il y a environ 11 500 ans, cédant la place à une nouvelle période géologique, dans laquelle nous sommes toujours (l’Holocène puis Anthropocène), et qui marque un réchauffement général du climat.

Dans cet atelier, nous voyons comment les hommes vivent dans un environnement très différent du nôtre, et combien ce mode de vie est complexe. L’idée est de montrer que, grâce à l’Archéologie, nous savons que ces hommes, ces femmes et ces enfants du passé ne sont pas dans un rapport simplement contraint à la nature mais que, bien au contraire, ils savent maîtriser cet environnement pour l’exploiter des plus judicieusement. Mon discours est donc ciblé sur l’exploitation du milieu et des ressources animales. Comment chassent-ils ? Que chassent-ils ? La chasse au Mammouth, est-elle un mythe ou une réalité ?

Et une fois l’animal abattu que font-ils à part consommer ses chairs ? Ceci est le moyen d’aborder la question des origines du travail des matières osseuses (outils, armes de chasse, parures etc.), des moyens utilisés pour travailler ces matières, souvent très dures, et de l’incroyable capacité de l’Homme à innover et à transmettre son savoir.

Atelier présenté aux CM2 et 6e le 15 janvier 2013

Atelier “Elevage et chasse en Afrique – dans la peau d’un anthropologue”

Par Catherine Baroin, anthropologue africaniste qui étudie deux sociétés très différentes, l’une au Nord du lac Tchad, l’autre en Tanzanie.

L’atelier en questions :

1 – Qu’est-ce qu’un bola ?

C’est une arme de chasse, composée d’une ou plusieurs pierres attachées au bout d’une corde, que l’on fait tournoyer avant de les lancer

2 – A quoi servent les chiens au Sahara ?

A la chasse ou à la garde, mais jamais comme chien de berger

3 – Qui sont les Némadis ?

Il s’agit d’une population résiduelle de Mauritanie, autrefois spécialisée dans la chasse à l’antilope. Aujourd’hui les Némadis sont souvent guides pour touristes.

4 – Les Touaregs sont-ils de grands chasseurs ?

Les femmes et les enfants piègent les petits rongeurs tandis que tout homme, de manière occasionnelle, peut chasser à courre une antilope ou une gazelle, à dos de chameau ou avec des chiens. Plus au sud, en zone sahélienne, c’est l’autruche que l’on chassait à courre, à cheval, quand ces oiseaux étaient encore nombreux. Le piégeage est la technique la plus utilisée. Mais la chasse n’est jamais une occupation ni une ressource alimentaire de grande importance. Les Touaregs ne sont pas de grands chasseurs et leur intérêt se tourne essentiellement vers l’élevage.

5 – Qui sont les Toubous ?

Les Toubous, voisins des Touaregs vers l’est, sont des éleveurs de chameaux et de bovins de la zone saharo-sahélienne. On les trouve surtout dans le nord du Tchad, mais aussi dans le sud de la Libye et l’est du Niger.

6 – Pourquoi la faune sauvage s’est-elle raréfiée au Sahara ?

  • A cause de la diffusion des armes à feu et des voitures (poursuite jusqu’à épuisement des gazelles)
  • A cause de la multiplication des groupes armés dans le désert qui, grâce à leurs fusils, se nourrissent de gibier

Atelier présenté aux 6e et CM2 le 4 décembre 2012


 

Découvrir la Préhistoire à travers l’exposition “Préhistoire(s) L’enquête”

 


Pour la première séance, et pour découvrir ce qu’est la Préhistoire, les élèves se sont rendus au Palais de la découverte le mardi 13 novembre et ont passé une demi-journée dans l’exposition “Préhistoire(s) L’enquête“. Equipés du questionnaire d’investigation, ils se sont mis dans la peau d’un archéologue pour enquêter sur les différentes facettes de la Préhistoire qu’ils aborderont au fil de l’année, à travers les ateliers.

 

De “vrais” archéologues les ont accompagnés, conseillés et orientés : Nejma Goutas, Alexandra Legrand-Pineau et Isabelle Sidéra, chercheurs au CNRS, ont profité de l’occasion pour faire connaissance avec les enfants et leurs professeurs, Alban Moreau, professeur des écoles (Ecole Gorki, Nanterre), Carole Legault, professeur d’arts plastiques (collège Paul Eluard, Nanterre).

 

Thibault Rossigneux et Pauline Derycke, de la compagnie Les Sens des mots, ont ouvert la matinée par un micro-trottoir auprès des élèves, pour avoir, à froid, leur vision de la Préhistoire. Ces interviews seront repris en fin d’année et donneront lieu à un montage vidéo “Avant / Après”.

Laurence Bordenave, médiatrice de l’association Stimuli, était aussi présente aux côtés des enfants.

 

Atelier “Si on parlait de la mort à la Préhistoire…”

Par Philippe Chambon, archéologue spécialiste des pratiques funéraires au Néolithique (Ve-IIIe millénaires) en Bourgogne, Picardie et Catalogne.

Si l’on peut retrouver des restes humains lors de fouilles archéologiques, c’est que le corps humain n’est pas seulement fait de matière organique qui se décompose. Il comprend également de la matière minérale : les os et les dents en sont majoritairement composés et ne subissent donc pas l’effet de décomposition.

Pour dégager le squelette, l’archéologue utilise des outils très fins, en prenant surtout garde à laisser les ossements bien en place. Une fois mis au jour, les squelettes sont pris en photo pour garder en mémoire la façon dont les vestiges étaient organisés, par exemple la position des ossements les uns par rapport aux autres. On fait aussi un plan, on dit un relevé, c’est-à-dire un dessin technique qui permet de représenter les vestiges de manière codifiée. Il est réalisé sur du papier millimétré et comporte impérativement l’indication du Nord et l’échelle. C’est un travail de grande précision.

Les squelettes sont parfois retrouvés en mauvais état : c’est souvent le fait des animaux qui peuvent déplacer les os. Dans une sépulture, l’archéologue trouve aussi des objets qui accompagnent le squelette, tels que de la vaisselle, des ossements d’animaux ou des outils en pierre (notamment en silex). Il a alors pour mission de restituer, à partir des ossements et des objets découverts, le mort tel qu’il était à l’origine et l’aménagement de la tombe.

Les interprétations des faits archéologiques doivent toujours être prudentes. Ainsi, un crâne humain retrouvé isolé pourrait aussi bien, sans autre information, témoigner d’une cérémonie complexe autour de la mort que de pratiques anthropophages, ce qui n’est évidemment pas la même chose.
Les sépultures des époques préhistoriques sont variées. Elles changent en fonction des époques et des zones géographiques. Durant un moment du Néolithique, on retrouve par exemple de grands caveaux collectifs où l’on venait déposer les morts au fur et à mesure de leurs décès. Les fameux dolmens, dont l’architecture comprend de très lourdes pierres (des « mégalithes »),  comptent parmi ces grands caveaux collectifs.

Mais, finalement, pourquoi retrouve-t-on des squelettes ? Pour répondre à cette question, il faut s’interroger sur ce qu’implique le décès d’un individu.

  • Cette personne faisait partie d’un groupe, d’une société : il laisse un vide.
  • Il faut faire quelque chose du cadavre, parce qu’il se décompose, occasionnant une gêne.

Sans même envisager les croyances sur la mort, différentes d’une population à une autre, les funérailles vont donc d’un côté permettre d’éliminer le cadavre et d’un autre côté proposer une solution à la place vide que laisse le défunt dans le groupe.

Atelier présenté aux 6e et CM2 le 20 novembre 2012